Les secrets de l’Histoire de Nantes

Le passé de Nantes regorge, à travers les époques, de découvertes à réaliser. Sur certains lieux emblématiques, on peut, l’espace de quelques minutes, se plonger dans le Nantes d’autrefois. De nombreux monuments historiques témoignent également de la richesse patrimoniale de Nantes, une ville passionnante.

Nantes pendant les tous premiers siècles de notre ère

Depuis des centaines d’années, la position géographique de Nantes, au bord de la Loire et près de l’océan Atlantique, fait d’elle un carrefour commercial majeur. Portuaire et influencée par le plus grand fleuve français, la Loire, Nantes s’appelait, il y a bien longtemps, « Condevicnum ». Ce nom est la contraction de Condate, signifiant confluence et de Portus Namnetum, le port des Namnètes.


Ainsi, dès le Ier siècle, la cité des Namnètes est une ville ouverte sur le monde. Cependant, après des menaces venant des Barbares au IIIème siècle et une destruction entreprise par les Normands au IXème siècle, la cité se replie sur elle-même, construit des remparts et garde des militaires pour se protéger jusqu’à la fin du Moyen-Âge. A ce jour, il n’existe aucune trace des fortifications médiévales à Nantes. En revanche, on trouve des restes d’une autre enceinte construite au XIIIème siècle : la porte Saint-Pierre et la porte Sauvetout.

La Cité des Ducs de Bretagne

A partir du XVème siècle, Nantes assure le rôle de capitale de la Bretagne. Pour montrer la puissance de cette ville abritant le pouvoir politique, on érige deux bâtiments majestueux : le château des Ducs de Bretagne et la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul. A l’époque, le château sert à la fois de fortification pour repousser l’ennemi et de résidence princière. 600 personnes y demeurent sous l’influence du mode de vie de la Renaissance.

La révolution industrielle à Nantes

Dès la seconde moitié du XIXème siècle, la ville de Nantes s’industrialise – comme de nombreuses autres villes en France. Grâce à la présence du port, il est possible de développer des raffineries de sucre, des conserveries, biscuiteries ou encore des distilleries. Quelques dizaines d’années plus tard, c’est la construction navale et la métallurgie, des industries plus lourdes, qui deviennent le moteur de l’économie locale. Dans son ouvrage Souvenirs d’enfance et de jeunesse, datant de 1890, le nantais Jules Verne se rappelle de ce nouveau visage de la ville : « Je revois la Loire, dont une lieue de ponts relie les bras multiples, ses quais encombrés de cargaisons, sous l’ombrage des ormes, et que la double voie de chemin de fer, les lignes de tramway ne sillonnaient pas encore. »

La métamorphose de Nantes au cours des XXe et XXIe siècles

Dès les années 1970, la ville de Nantes commence des projets de rénovation. La construction d’un centre d’affaires – et de la Tour Bretagne – en 1972 déclenchent une grande controverse, amenant la municipalité à définir également un secteur sauvegardé, pour conserver le patrimoine de la ville. Depuis les années 2000, l’enjeu est resté le même : créer des quartiers modernes tout en respectant l’Histoire de Nantes. Sur le quartier « Madeleine Champ-de-Mars », on allie modernité et patrimoine historique, tout comme sur l’Île de Nantes, où les monuments protégés deviennent des pièces maîtresses de constructions neuves.
En 2012, Nantes a inauguré son Mémorial de l’abolition de l’esclavage. Un monument montrant également que la ville a un lourd passé qu’elle n’oublie pas, mais qui lui sert pour être aujourd’hui un lieu unique en son genre.